Guillaume, abbé de Saint-Arnould de Metz, autorise les serfs de Morville-sur-Nied à aller choisir leurs épouses dans toutes les possessions de cette abbaye (entre 1024 et 1031).

Tout serf est attaché à une seigneurie. Pour se marier à une serve d’une autre seigneurie, il doit s’acquitter, en dédommagement du seigneur de sa future épouse, du droit de formariage. Ce droit, élevé, poussait de nombreux hommes au célibat, et donc à l’appauvrissement des domaines en main d’œuvre.
Afin d’y parer, l’abbé Guillaume dispense ses serfs de ce droit, mais uniquement s’ils épousent des serves attachées à une autre dépendance de l’abbaye…

Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, E 108

>> Retour au guide de recherche