Sa longue frontière avec l’Allemagne, le système militaire Séré de Rivière mis en place après 1871 et la volonté française de récupérer l’Alsace-Lorraine annexée placent la Meurthe-et-Moselle au cœur du conflit mondial.

La déclaration de guerre du 3 août 1914 ouvre la phase offensive ; elle se solde par un revers français en Moselle et en Alsace : la contre-offensive allemande entraîne la perte du Pays Haut et menace Nancy. Si la bataille du Grand-Couronné menée par Castelnau sauve la ville en septembre, la moitié du département est occupée par l’ennemi.

À l’automne 1914 débute la guerre de position : le front de Meurthe-et-Moselle se stabilise ; les attaques contre les tranchées allemandes au Bois-le-Prêtre, jusqu’en juillet 1915, sont des échecs meurtriers (utilisation de gaz, lance-flammes, mines, etc.). Succède un apaisement relatif avant que l’arrivée des troupes américaines en 1917, puis la menace d’une attaque sur Nancy en janvier 1918 et le projet de grande offensive française n’annoncent le retour de la guerre de mouvement. L’Armistice met fin aux combats le 11 novembre 1918.
La guerre
La Meurthe-et-Moselle dans la tourmente
»
Vers la page suivante
« La guerre européenne : le front occidental (les clauses territoriales de l’Armistice) »
« Un hardi coup de main de fantassins français contre un petit village fortifié par l’ennemi »,
« Ah, dis donc, les Boches qu’est c’ qu’y prennent comme trempe !!!... »
Le Grand Couronné de Prusse reçu par celui de Nancy, septembre 1914
Immeuble bombardé place Thiers à Nancy, [1914-1918]